Espace Adhérent

Mot de passe oublié ?

SML: La stratégie nationale de santé doit prendre en compte les alternatives libérales pour garantir la proximité

Fervent défenseur de l'exercice libérale,le Syndicat des médecins libéraux entend promouvoir des initiatives libérales pour démontrer que la voie de l'ambulatoire est la seule capable de sauver un système de santé aujourd'hui exsangue.

Qualité et proximité. Deux caractéristiques de l'exercice libéral des professionnels de santé. Deux principes défendus depuis toujours par le Syndicat des médecins libéraux (SML).

La stratégie nationale de santé (SNS) proposée par le premier Ministre néglige pourtant les libéraux de santé, préférant s'appuyer sur un hôpital public à  bout de souffle. Le SML dénonce cette aberration et appelle de ses voeux une bascule vers les soins ambulatoires.

Le SML souhaite également que la prévention soit placée au coeur de la réorganisation de l'offre de soins pour permettre une réelle évitabilité des maladies chroniques. Selon Roger Rua, président du SML, « seul ce changement de paradigme permettra de pérenniser notre système de santé, aujourd'hui exsangue.».

Convaincu queles médecins libéraux doivent prendre leur part dans les actions de santé publique, le SML réclame donc la mise en place, de toute urgence, d'une consultation dédiée à  la prévention. Cette consultation revalorisée présenterait l'intérêt de mieux rémunérer le temps médical et éviterait de se lancer dans un combat usant pour obtenir une hypothétique et insatisfaisante augmentation du C !

Résolument engagé dans ce changement, depuis plus d'un an, le SML a également initié une profonde réflexion sur la coopération interprofessionnelle et la coordination des acteurs libéraux de santé. En présentant plusieurs initiatives libérales, en début d'année prochaine, le premier syndicat pluri-catégoriel de médecins libéraux entend aussi démontrer que la complémentarité inter professionnelle est une nécessité absolue.

Dans cette perspective, le SML propose de constituer des équipes pluri professionnelles sur la base du libre choix et selon un protocole national. Le médecin traitant aurait ainsi la charge de réunir annuellement les membres de l'équipe pour passer en revue les patients nécessitant un plan personnalisé de soins. Cette réunion ferait l'objet d'une rémunération spécifique pour chacun des professionnels engagé dans cette démarche, en fonction de son implication. Car la rémunération ne peut se résumer à  un billet de 100€ !

Tout en restant fondamentalement convaincu que le paiement direct à  l'acte doit sceller la relation de confiance avec la patient, le SML est en effet prêt à  s'engager dans la création d'autres rémunérations, notamment pour les actions de santé publique réalisées par les médecins libéraux.
Le SML réclame en outre un choc de revalorisation pour l'acte clinique de consultation dont la valeur opposable est à  ce jour indigne du niveau d'études et de responsabilité des médecins, et en partie responsable de la dévalorisation et de la banalisation des soins.

Ce geste symbolique fort contribuerait à  l'engagement des médecins libéraux et des assurés sociaux dans une meilleure organisation des soins et une judicieuse répartition entre professionnels de santé libéraux.

Paris le 16 décembre 2013

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.