Espace Adhérent

Mot de passe oublié ?

Que peuvent attendre les internes en médecine de l’alternance politique ?

Les internes en médecine, éléments moteurs du système de soins hospitaliers, ont pris note de l'alternance politique. A l'aune de ces résultats, l'ISNIH, Inter-Syndicat National des Internes des Hôpitaux, espère que des mesures seront prises en faveur de ceux-ci.

Les internes sont les grands oubliés du système de santé. C'est pourquoi l'ISNIH vous rappelle 3 réformes extraites de son Livre Blanc pour le prochain quinquennat « Des médecins bien formés, Des patients bien soignés » :

"¢ Gardes et Astreintes

Dix ans après la mise en place du repos de sécurité obligatoire après une garde, l'ISNIH demande à  ce que cette disposition soit enfin appliquée sur l'ensemble du territoire. Il n'est plus tolérable de mettre en danger patient(1)et interne(2)(3) en continuant à  exercer nos fonctions après 24 heures de garde.
L'ISNIH souhaite également voir la rémunération des gardes atteindre celle du SMIC horaire de nuit compte tenu de la charge de travail et des responsabilités endossées.

"¢ Formation des internes en médecine, jeunes médecins de demain

L'ISNIH souhaite que tout interne en médecine se voit garantir la possibilité de réaliser en totalité sa formation : internat et post-internat. Le 3ème cycle des études médicales fait face aujourd'hui à  un manque de poste pour le post internat qui va nettement s'accentuer dans les 5 prochaines années. Est-il acceptable de ne former qu'à  moitié les jeunes médecins d'aujourd'hui ? Le gouvernement nouvellement nommé devra résoudre cette problématique sur laquelle l'ISNIH travaille déjà  depuis longtemps.
Que dire également du doublement du numerus clausus alors qu'aucun postes supplémentaires d'enseignant n'ait été créé ? Que dire du dépassement des capacités de formation des CHU et Facultés remettant en cause la qualité de la formation dispensée ?

"¢ Accès aux soins et démographie médicale

Une question majeure pour la population est celle de l'accès aux soins, elle même en relation directe avec la démographie médicale. L'ISNIH réaffirme son opposition à  toutes mesures coercitives qui resteraient vaines mais fait en revanche de nombreuses propositions allant dans le sens d'une meilleure répartition des médecins sur le territoire.

L'ISNIH entend travailler de concert avec les deux futurs ministères de tutelle pour faire avancer la cause des internes en médecine qui participent largement au système de soins français.

Références :

1. Landrigan CP, Rothschild JM, Cronin JW, Kaushal R, Burdick E, Katz JT, et al. Effect of reducing interns' work hours on serious medical errors in intensive care units. N. Engl. J. Med. 2004 oct 28;351(18):1838-48.

2. Lockley SW, Cronin JW, Evans EE, Cade BE, Lee CJ, Landrigan CP, et al. Effect of reducing interns' weekly work hours on sleep and attentional failures. N. Engl. J. Med. 2004 oct 28;351(18):1829-37.

3. Barger LK, Cade BE, Ayas NT, Cronin JW, Rosner B, Speizer FE, et al. Extended work shifts and the risk of motor vehicle crashes among interns. N. Engl. J. Med. 2005 janv 13;352(2):125-34.

Contacts :
François PETITPIERRE, Président de l'ISNIH - president@isnih.com - 06 58 25 32 03
Jean-Christophe FAIVRE, Secrétaire Général de l'ISNIH - jc.faivre@isnih.com - 06 32 09 35 23



      Date de rédaction : 7 mai 2012 2 h 58

      Date de modification : 7 mai 2012 14 h 58 min

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.